Sur la plage de Lesconil, la nuit…

Amateur

Sur la plage de Lesconil, la nuit…Vous savez maintenant, après avoir lu mes précédentes histoires – toutes véridiques – que j’ai été un grand exhibitionniste en forêt. J’ai vécu quelques situations « sympathiques » mais ai aussi raté beaucoup d’opportunités, par crainte de je ne sais quoi. Ce qui est certain, c’est que j’évitais les enfants, bien entendu, même s’ils manifestent souvent un grand intérêt pour le sexe (souvenez-vous de vos jeunes années quand vous essayiez de voir la grosse bite de votre père ou les seins de votre mère). Passons, ce n’était vraiment pas mon truc.Aujourd’hui, je veux vous raconter une aventure de vacances en Bretagne. Le camping de Lesconil (29) où nous étions, ma famille et moi, donnait presque directement sur la plage. Il fallait seulement cheminer deux minutes dans un chemin creux, en terrain découvert.L’air de la mer m’a toujours « revigoré », si vous voyez ce que je veux dire. Je me réveillais toutes les nuits avec une érection du tonnerre. La « barre », quoi ! J’enfilais mon slip de bain – sans pouvoir éviter que le gland dépasse de beaucoup – et je m’en allais aux toilettes pour me soulager. Généralement, ça me calmait même si des campeurs remarquaient, en souriant parfois, la bosse prometteuse que j’arborais…Une nuit, je n’y tins plus. Au lieu de me diriger vers les toilettes, canlı bahis je me désapai et, bite tendue en avant, je pris le chemin de la plage. Entre le camping et la plage, la lune éclairait comme en plein jour. Je voyais mon ombre et celle de ma queue, toute droite, sur le sol sablonneux. C’était chouette.Sur la plage, il n’y avait personne. Je m’adossais à un tas de casiers empilés là par les pêcheurs pour me branler. Il faisait très bon et ma bite s’épanouissait sous mes doigts. Des bateaux pêchaient au lamparo à une centaine de mètres du rivage. Il faisait sombre mais le sable apportait une clarté significative. Un moment, j’ai cru qu’’on me voyait depuis les barques de pêche car il régnait une certaine animation sur un des bâteaux.Je me souviens encore de mon éjaculation. Un long jet, un gland qui couine tellement le jet est fort et un long frisson le long de la colonne vertébrale. Génial ! Que c’est bon de se branler !Rentré à la caravane, j’ai eu beaucoup de mal à me rendormir. Le corps chaud de ma femme provoquant chez moi, en plus, une nouvelle érection.La nuit suivante, je réitérais. Quel plaisir de passer totalement à poil entre les tentes et les caravanes ! La lune m’accompagna cette nuit encore sur le chemin. De partout, on pouvait me voir. Sur la plage, toujours le même calme. J’allais d’abord tremper bahis siteleri mes pieds dans l’eau et c’est en revenant vers l’empilement de casiers que je le vis. Un homme, grand et carré, qui me regardait venir. Que faire ? Tant pis, je continuais d’autant que je notais rapidement qu’il était nu lui-aussi et qu’il était en train de se branler. Doucement. Manifestement un gros engin.Sans mot dire, je me suis approché de lui, presque à le toucher et je me suis saisi de sa bite. Il a fait de même. Et en même temps, nous avons dit, en chœur : « elle est belle ». Longue mais aussi épaisse, sa pine me fascinait. Son gland était très sympathique. Il me dit :-Je t’ai vu hier. Tu te branlais, hein ?-Oui, mais comment ça tu m’as vu ?-J’étais sur ma barque de pêche là-bas et de là on voit très bien la plage, plus claire, la nuit. Tu étais très visible et on voyait bien la marque blanche de ton maillot. J’ai voulu voir ça de plus près…-Et tu as parié que je reviendrais cette nuit ?-Oui. Tu n’es pas le premier à faire ça, tu sais. Rien que la semaine dernière, j’ai baisé une nana dans les 50-55 ans et un jeune puceau du cul.-Je ne suis pas homo, moi. Mais je suis d’accord pour te sucer.-OK. Ca j’adore. Il n’y a pas mieux qu’un mec pour tailler une pipe.Je me suis agenouillé et, tout en me branlant, je l’ai pompé avec ardeur. bahis şirketleri Quelle queue ! Dure comme du bois et énorme en diamètre ! Je n’avais jamais vu ça ! Il avait posé sa grosse main sur mon crâne et il imprimait à mon travail un rythme de plus en plus soutenu. Comme il était endurant, ça a bien duré une vingtaine de minutes. Enfin, il m’a demandé, entre deux râles :-Je vais juter sur ton visage, OK ?-OKIl a alors retiré précipitamment sa bite de ma bouche et il m’a inondé de son sperme en grognant.-Ouahh ! c’était super bon ! Tu suces super bien !-Je sais et j’aime ça. Et j’aime qu’on me taille des pipes aussi.Ni une ni deux, sa bite dégoulinant encore, il se pencha pour avaler ma bite. Il suçotait mon gland pendant que, couvert de sperme, je me branlais. La purée est partie sans crier gare. Il a pris mon gland entre ses doigts pendant que j’éjaculais et se mit à le masser. C’était bon, divin ! Sa main se couvrait de mon sperme. Une fois que nous fumes un peu calmés et que pris le temps de rincer mon visage et ma queue dans l’eau, il me demanda :-Tu viens toutes les nuits ?-Non, cela fait seulement deux fois. Pourquoi ?-On pourrait remettre ça. Peut-être à plusieurs. J’ai des copains qui apprécieraient…Je lui dit que cela me tentait mais que je ne savais pas si ce serait possible. Il pouvait pleuvoir et la fin de mon séjour en Bretagne approchait. On essaierait tout de même.Mais je ne le revis donc pas et les jours suivants, ma femme a dû se demander par quel bonheur je la besognais avec autant d’ardeur depuis quelques temps…

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

didim escort istanbul travestileri istanbul travestileri ankara travestileri gaziantep escort pendik escort antep escort seks hikayeleri kartal escort maltepe escort pendik escort kartal escort adapazarı escort adapazarı escort izmir escort ankara escort canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri sakarya escort