Belle maman, ma soumise … (4)

Belle maman, ma soumise … (4)Nous prenons la route. Avant de prendre le volant, j’envoie un dernier message à Florence :- Nous sommes là dans 45 minutes. Pensez à garer la voiture au sous sol. Comme convenu, gode sur la table. Émilie est joyeuse, cette journée à la piscine nous fera du bien, l’été est si court. – Je n’y pense que maintenant mais tu as chargé la Gopro ? – Tu me prends vraiment pour un amateur mon amour ! Tu es prête ? Ca va être ta fête… – Tellement prête ! – OK, j’allume la caméra quand on arrive dans l’entrée de chez tes parents. Tu suis toutes mes demandes, sans sourciller ? – Tu sais que j’aime bien te résister quand même… – Non, cette fois, tu es soumise, tu m’écoutes, tu appliques. OK mon amour ? – OK Chef ! Dit elle en rigolant. Nous entrons, Florence avait même pensé à fermer la porte à clé pour rendre ça plus crédible, bien vu… Heureusement qu’on a un double ! Nous fermons la porte, Émilie m’embrasse :- On est pas venu pour faire l’amour Émilie, mais pour te baiser et te faire une vidéo de ouf comme tu as dis… – Pardon. Dis moi. Je parle fort, pour être sûr que Florence sache qu’on est là. – Retires tout, ouvre mon sac, enfile La cagoule. Tu as interdiction de la retirer sans ma permission on est d’accord ? – Promis. Elle s’exécute, se retrouve nue devant moi, vêtue simplement de cette cagoule en Latex noir ou la seule ouverture est la bouche. C’est parfait, elle entend moins bien et ne voit absolument rien. Prends ma main, nous allons dans le salon. Quelques mètres nous séparent de cette pièce. Je bande déjà, mais me demande si Florence est là, si elle arrivera à rester silencieuse. Ce n’est pas banal comme rendez-vous. Je lui demande quand même de regarder sa fille se faire prendre, pas seulement l’écouter derrière une porte… Le salon est en L, le canapé n’étant pas visible de l’espace salle à manger. – Assieds toi dans le canapé. Mets tes pieds dessus, écartes tes cuisses et commence à te toucher. Je vais mettre de la musique. Je te laisse la quelques minutes. – Reviens vite je suis déjà mouillée. Quelques pas, me voilà face à Florence assise comme convenu. Elle porte un haut à bretelles banal, et un jupe légère d’été. Elle me regarde, elle est tendue. Je lui réponds par un grand sourire et pose mon index sur mes lèvres pour lui rappeler de se taire. J’allume la chaîne hi-fi, les enceintes sont de part et d’autre du canapé, c’est certain Émilie ne m’entendra pas parler avec sa mère. Je lui susurre à oreille :- Levez vous, glissez une tête dans le salon. – Elle a la cagoule ? Je lui répond par un hochement de tête. Voilà, un fantasme particulièrement inavouable vient d’être assouvi. Florence voit sa fille, à poil dans son propre canapé, cagoulé, entrain de se caresser. Elle est figée. – Vous voulez qu’elle se mette un doigt dans le cul ? – Arrête David. – Dites le. – OK. – Émilie, commence à préparer ton anus, j’ai un cadeau pour toi.- Émilie se contente de me répondre par ” Oh Putain, ça commence bien cet après-midi… ” – Vous voyez belle maman, votre fille est docile aussi… Je sors le plug de ma poche. – Sucez le, lubrifiez le. Je n’ai pas le temps de répondre qu’elle s’exécute.- Prenez le gode et suivez moi. J’ai lu dans son regard un non, mais pourtant j’att**** sa main et elle me suit sans rien dire. Je lui indique qu’elle doit s’asseoir sur le rebord de la cheminée. Je prends Émilie par la main et l’amène à environ 2 mètres de sa mère. – À genoux, face contre terre. Émilie s’exécute. Comme c’est bon de la voir ainsi devant sa mère qui tente tant bien que mal de cacher son malaise. Je retire le plug de la bouche de Florence et demande à Émilie :- Je t’ai offert un plug, tu veux l’essayer ? – remplis moi le cul fais ce que tu veux de moi. Florence ne peut s’empêcher de mettre ses mains sur sa bouche. Elle réalise qu’elle est vraiment dans l’action maintenant. – Écartes tes fesses. Elle se cambre encore, son anus accepte sans broncher ce plug. Je me déshabille aussi. Nu devant ma belle mère, sans complexe. Je suis accroupi, à gauche Florence assise, à droite sa fille plugée.Est elle figée par peur ou terriblement excitée.. Ou les deux ? Je tourne la tête, prends sa main, et la pose sur ma queue, la musique est assez forte, j’ose lui parler si prêt d’Émilie. – Branlez moi, doucement, je suis votre cadence pour la baiser.Je regarde Florence dans les yeux quand je commence à mettre deux doigts, puis trois à sa fille. Elle commence à gémir de plus en plus fort. Un instant, Florence ne bouge pas. Je reste donc avec mes 3 doigts au fond de sa fille. Puis elle commence doucement, puis de plus en plus vite. – Ne te retiens pas, gueule autant que tu veux. Une vraie chienne ça gueule, une vraie pute ça n’a pas de pudeur. – Fouille moi putain, plus fort. Defonce ma chatte. – T’aimes ça, être une chienne au milieu du salon ? Elle dirai quoi ta mère si elle te voyait comme ça ? – Que sa petite fille est une vraie pute qui aime être maltraitée ! Continue, fouilles moi, fais moi gicler.Je regarde Florence, je le vois qu’elle adore être la chef d’orchestre du plaisir de sa fille en donnant le tempo. J’insiste, je la defonce de mes doigts. Elle répète :- Encore ! Encore ! Encore ! – La Gopro filme, dis le que tu vas jouir pour Florence. – Je vais gicler pour toi sur escort Florence… Pour toi. Sa voix sautille à chaque aller retour où je tape dans sa chatte. Je prends la main de belle maman, la tire vers moi, vers nous. Elle ne sait pas que la nana dans ce couple avec lequel nous échangeons porte le même prénom. Elle ne connaît pas leur existence. Elle est perdue. Florence est à 50 cm de la chatte de sa fille et du plug qui, 24h avant été dans son cul. Émilie gicle, intensément, plus que prévu. Je pensais que seulement quelques gouttes partiraient, mais c’est un jet. Elle est souillée, sa jupe bleu ciel est parsemée de goutte laissant des traces bleus foncés. Elle ne l’a pas vu venir, moi non plus. Émilie se tord de plaisir, baignant dans l’urine et autres liquides que son corps vient de libérer. Même dans mes fantasmes les plus fous, je n’aurais imaginé une scène pareille. Florence rougit, elle regarde sa jupe se relève doucement recule de deux pas et reste bloquée sur place. – Debout mon amour, on va aller à la piscine. Tu retires la cagoule seulement quand je t’aurai laissé entrer dans l’eau. Le jardin n’offre aucun vis à vis bien heureusement. Nous arrivons à la piscine :- Rinces toi, gardes ton plug. Je remonte chercher le gode, le temps de le nettoyer et je reviens. Interdiction de sortir de l’eau on est d’accord !? – Promis… Florence est là, assise dans le canapé, au pied de la flaque que vient de laisser Émilie. – Alors, cette mise en bouche ? Vous voyez, votre fille ejacule comme vous… Elle continue en chuchotant :- J’ai de la pisse d’Émilie sur ma jupe. – Et alors ? Ça ne vous tuera pas. Vous êtes ravissante comme ça. Je touche sa jupe, ses tâches… Je suis nu, ma queue raide face à elle. – Où est elle ? – Dans la piscine, elle n’en sortira pas sans mon accord. Prenez ma queue, regardez la. Elle s’enfonce dans le canapé, me branle doucement quelques instants :- On fait quoi là David ? Tu dois retourner à la piscine, elle va se douter de quelque chose. Elle est curieuse elle pourrai remonter à la maison ! – Ouvrez vos cuisses. Je vois sa chatte en plein jour… Comprimée dans sa culotte. Du bout du doigt, je l’ecarte. Je vois ses lèvres, un peu fripé. Je me mets à genoux, ma queue est à présent à hauteur de son vagin dans le canapé. Je m’approche et commence à faire des vas et viens entre ses lèvres, je tapote mon gland sur son clitoris. Je pensais qu’elle s’opposerait, elle ne dit rien, elle regarde de la scène. – Je crève d’envie de vous prendre belle maman. – Qu’est ce que tu attends David, je suis à toi, je suis ta pute. Tu l’as ma chatte, je te l’offre, regarde. Elle ouvre sa chatte, tire doucement sur ses lèvres, je vois l’entrée de ce trou qui me fait rêver autant que sa fille depuis toujours… Elle appuie sur ma queue, mon gland est à l’entrée. D’un mouvement de bassin, elle fait entrer mon gland. Je garde mes distances pour ne pas qu’elle la rendre entièrement. Non, pas maintenant, pas comme ça… – Je suis pris au piège Florence, je rêve de vous baiser maintenant, mais Émilie n’est qu’à quelques mètres. C’est trop risqué. Pas comme ça, pas maintenant… Je me colle à elle. On s’embrasse, tendrement, passionnément, comme je l’ai toujours voulu… Reprends tes esprits David, elle te rend dingue. Sans qu’elle n’ai le temps de répondre, j’enfonce ma queue de toute sa longueur, subitement, sans prévenir, au plus profond de sa chatte. Elle me sert contre elle, ses bras autour de mon cou. Elle retient de toutes ses forces ce cri grave qu’une femme fait quand tu la prends fort. Je me dégage de ses bras, sors ma queue et me relève : – Vous avez failli m’avoir… Essayer de prendre le dessus. Vous le paierez Florence. Je vais brûler les étapes. Nous irons plus vite, plus loin, plus risqué directement. Lui dis je avec un sourire quelque peu machiavélique… – Mais David… Qu’est ce que j’ai… – Ça fait cinq minutes que je suis là. Je dois y retourner. Guettez du coin de la fenêtre. Quand Émilie aura remis sa cagoule. Vous nous rejoindrez. Amenez moi une bouteille d’eau. Restez à moins de cinq mètres vous allez en prendre plein les yeux. – Je suis désolé… – Ne le soyez pas. Je précise au cas où, déshabillez vous entièrement avant de venir. – D’accord.Elle a triste mine, je m’en fiche. Elle a oublié qu’elle était soumise, bonne à être souillée, humiliée. Je vais lui rappeler. Je reviens à la piscine, gode à la main. J’en ai profité pour récupérer aussi l’enceinte portable qui était dans mon sac. – Mais c’est quoi ton délire avec la musique, t’en mets jamais d’habitude ! – Tu préfères que les voisins t’entendent gemir dans le silence de la campagne ? – Vu comme ça… De toute façon avec la cagoule j’entends rien. – Remets la d’ailleurs j’aime bien savoir que tu perds tes sens avec…Émilie sort de l’eau et enfile sa cagoule, ne laissant à découvert que sa queue de cheval et sa bouche. – Et maintenant ? – Je relance la Gopro, mets toi à genoux dans l’herbe. Bouche ouverte, mains dans le dos et attends que j’arrive. J’att**** un tendeur de la bâche de la piscine pour et attache ses poignets.Je vois Florence qui arrive au loin, je lui fais signe de prendre le gode et de rester debout juste derrière moi pour pouvoir lui parler si nécessaire… – Alors silvan escort mon amour.. On fait quoi maintenant ? – Ce que tu veux mon amour. – J’ai envie de pisser, attends. – Tu peux me pisser dessus si tu veux, je suis sur qu’Antoine ne fait ça à Florence. – Oh non, je vais pas te pisser dessus, tu n’es pas un urinoir c’est trop.. Ca te dérange si je pisse dans l’herbe à côté de toi ? – Comme tu veux. Cette situation me rend dingue, encore plus trash que je l’avais planifié. Je me retourne vers Belle maman, elle était presque collé à moi dans le dos. Je souris, fier comme un enfant après avoir eu un bon point. Je lui chuchote à l’oreille :- Je vous avais prévenu qu’on irai plus loin, plus risqué. Elle m’offre un sourire tendre. Pas un mot de plus, je commence à lui pisser sur les cuisses. Mon urine claire ruisselle. Je pisse sur elle comme sur un arbre. Je la fixe dans les yeux. Je crève d’envie de lui dire pardon.. Je vais craquer. Quand tout à coup, elle se retourne, écarte ses fesses et me laisse finir sur son trou du cul, comme une cible. Le jet éclabousse, rebondit. Merde. Je pensais la souiller, belle maman adore. Merde. Merde. Merde. Je ne tape déjà pas assez haut dans le trash et le malsain ? OK, j’ai une idée, je voulais la garder pour plus tard mais tant pis. Je fais mine de couper la caméra.- Mon Amour, j’ai mis pause, je vais te baiser la bouche, la gorge. Pour la vidéo, je veux du gore, on l’a déjà fait… – A quoi penses tu ? – Tiens, prends la bouteille d’eau. forces toi, finis la.Je détache un instant le tendeur, elle en profite pour replacer correctement la cagoule. Florence me regarde, elle a compris que je préparais un truc peu commun. – Belle maman, c’est maintenant que vous allez regarder et apprendre comment j’aime qu’on me suce. Regardez votre fille, c’est une Reine. Émilie a fini, je rattache ses poignets. – Parle à Florence, directement, elle t’écoute. – Florence, je sais que tu es Gourmande, regarde moi me faire defoncer la gorge… Et plus si affinité, dit elle en rigolant. C’est parti. Je fais signe à belle maman de se placer sur le côté pour admirer. A un mètre environ, c’est assez risqué comme ça. Je pose la caméra à côté de Florence, elle n’est jamais dans le champ. Parfait. De toute façon je fais attention de couper à chaque fois que je lui parle. D’une main j’att**** sa queue de cheval, de l’autre je décalotte et lui glisse ma queue molle en bouche. – Lave ma queue mon amour. Émilie s’applique à lecher le moindre recoin de mon gland. Florence est toujours à côté, regardant attentivement. Je la sens gênée mais jalouse… Je commence maintenant à pilonner sa bouche. Ma queue durcit. – Offres moi ton jus de gorge. Elle ouvre sa bouche en grand, enfin ce son si caractéristique de la gorge profonde se fait entendre. Je jette un regard à Florence.. – Craches sur ma queue. Je retire ma queue, me branle un instant avec ce jus de gorge qui me lubrifie. J’en ai plein les doigts. J’att**** sa queue de cheval et defonce sa gorge, elle étouffe, sa bouche fait des bulles de salive. Je la cambre pour atteindre son trou du cul, sa chatte dégouline. Je ralentis le rythme, tends mes doigts et les glisse dans ma bouche de Florence. – Goutte la gorge et la mouille de ta fille. Elle s’y applique, passe sa langue entre les doigts pour bien tout récupérer. Je touche la chatte de belle maman, elle aussi est bouillante. – Craches dans ma main mon amour. Une grosse quantité de jus, visqueux, épais, rempli ma paume. Je létale sur le visage de Florence. Elle est souillée de ma pisse et de la salive de sa fille. Je lui chuchote à l’oreille qu’elle est magnifique ainsi. – On passe aux choses sérieuses mon amour !? – vas y, je suis prête. Je reprends sa queue de cheval, redresse sa tête, je lui balance une gifle, ferme. Je tiens sa tête droite et la gifle :- Encore David, plus fort. – T’es qu’une pute, et ça sert à quoi une bonne pute comme toi ? – À vider tes couilles, à être maltraitée sans broncher.- Alors vas-y pompe, laisses toi aller, oublie que tu es Émilie, tu n’es qu’une videuse de couilles. Je defonce sa bouche comme jamais. Sortant ma queue seulement pour lui infliger quelques gifles. – Moi aussi je vais te vider sale pute. Je prends sa tête de mes deux mains et la defonce encore plus. Elle en tarde pas à avoir des hauts le coeur. – C’est bien, continues, ça vient… Mon gland est derrière ses amygdales, je la sens étouffée. Je la libère de ma queue et elle régurgite. Elle vomit sur elle, uniquement du liquide. La bouteille d’eau cul sec n’était pas un artifice. Florence a les yeux grands ouverts. Choquée. – Encore salope, tu en as encore, tu peux mieux faire. Elle fait encore jaillir un jet, il coule sur son menton. Dégouline sur sa poitrine, son ventre puis sa chatte. Un mélange de bile et d’eau, très liquide, inodore. Je lui gifle les seins, m’essuies sur ceux de Florence. – Qu’est ce que dirait ta mère si elle savait que tu faisais ça hein ? Parles lui à la caméra. – Je sais pas David, dit elle, embrumée, la voix tremblante. – Réponds, dis lui. – Ta fille est une pute maman, ta fille est une vide couille. Je continue de baisser sa gorge, son estomac est vide. Elle est en transe. – Regarde maman comme j’aime me faire defoncer dans l’herbe comme lice escort une chienne. – Prends ton souffle je vais me finir directement dans ta gorge. Je sens que je vais jouir d’un coup. J’enfonce ma queue au plus profond d’elle. Mon sperme glisse directement derrière ses amygdales, coule dans sa gorge. Je ressors doucement. Jouissance exceptionnelle. Presque une semaine que je gardais cet ejac pour ce moment. Florence est en apnée, je la comprends mais ses yeux sentent le cul. Elle est remplie d’excitation comme sa fille est remplie de mon sperme. Je guide Émilie jusqu’aux marches de la piscine. Détache ses poignets. – Rinces toi, garde la cagoule. Je reviens te chercher tout de suite. Je reviens vers Florence. Je n’ai encore rien dit qu’elle att**** ma queue, la branle très fort, en extrait encore quelques gouttes de sperme. Ça me mal. J’att**** son poignet pour l’arreter. Pas le temps d’ouvrir la bouche. Du bout du doigt, elle récupère ma semence au bout de mon gland et la dépose sur sa langue. – Ça vous transforme belle maman. On va s’occuper du cul de votre fille maintenant. – On ? C’est déjà un miracle qu’elle n’ai rien vu. Arrêtons là pour aujourd’hui s’il te plaît. – Je ne vous ai pas demandé de nettoyer votre gode pour rien. Je touche sa chatte, elle est trempée.- Asseyez vous. Je jette un œil à Émilie, elle se remet de ses émotions à une dizaine de mètres. – Ça va mon amour ? – Je fais quoi avec ce plug, il commence à me gêner..- On va jouer avec le gode surprise alors. Retires le. Nettoie le. Laisse moi 5 minutes, profites de l’eau. Et je viens te chercher. Prépares ton cul. – Oui chef… J’att**** le gode, ouvre le lubrifiant, le presse et laisse couler le gel abondamment sur le gland. Je m’approche de belle maman. – Non David, c’est trop. – écartez vos cuisses. Ce n’est pas une question. Elle se tait, exécute ma demande. Je branle un peu le gode pour etaler le gel et la pénètre doucement. Il est très large, je vois son vagin qui s’ouvre en grand. – Ca rentre tout seul dites moi… Elle se contracte, retient tout gémissements. Ses mains se serrent, elle en arrache le gazon. Une minute tout au plus. Je fais quelques vas et viens profond. Plus d’une vingtaine de centimètres disparaissent dans son intimité. Je ressors d’un coup sec. – Il est bien lubrifié maintenant. Je retourne chercher Émilie. Elle me suit sans un mot. La remet à genoux face contre l’herbe. Je fais signe à Florence de venir à côté de moi. – Tu te souviens du gode… Il etait très large hein ? – Clairement oui… – On va voir comment réagis ton trou du cul. Whoua, le plug a déjà bien ouvert… Ca sera facile, j’y vais doucement. Florence est là, pensant être à nouveau spectatrice. Je lui tant le gode, brillant de gel et de sa propre Cyprine. – Montrez moi comment vous enculez votre fille. Elle sourit encore. Je sens qu’elle l’a vu venir… Florence saisit le gode, depose le gland à l’entrée du trou du cul, elle l’enfonce. La moitié du gland est déjà passée. Pour vous rendre compte, il doit être aussi large qu’une bouteille de bière. – Doucement David, il est énorme me dit elle. – Mon Amour, je vais te defoncer le cul, doucement, profondément, je veux que tu m’appelles Florence. – Pourquoi ? – Pour elle, Une chienne accepte et ne pose pas de questions. Laisses toi aller. Florence a les yeux rivés sur le trou du cul de sa fille. Je n’ai besoin de rien dire, elle enfonce encore et encore, doucement.Je sens qu’elle y va doucement, c’est sa fille. Mais elle aime ce qu’elle est entrain de vivre. – Oui Florence, encore un peu plus profond, tu sais que je suis profonde hein ? – Je sais que tu es endurante aussi… – Vas y Florence, prends bien mon cul, doucement, avec amour, baises moi le cul. Florence est en mode chienne, je le vois dans son regard. Elle accélère le rythme. – Claque moi le cul Florence… Fais moi mal. Je veux que ça claque fort. Sans que je lui demande, elle se met à fesser sa fille, violemment, godant le cul en même temps. Émilie tente, tant bien que mal de retenir des gémissements rauques. Elle encaisse bien cette salope. Sa mère sait s’y prendre, c’est dingue. Je suis spectateur de cette scène, inimaginable. Florence n’est plus soumise, elle est actrice, sans contrainte. Je suis dingue de cette vision face à moi. Sa voix sautille, tremble à chaque aller retour. – Je vais jouir du cul Putain, c’est trop bon. Defonce moi, déchires moi le cul. Ouiiiiii !!! Émilie plonge en avant, se couche sur le sol, touche son ventre. Un orgasme anal, c’est son premier, et c’est sa mère qui vient de lui donner. Je prends son cul à deux mains, l’ouvre en tirant sur son cul. Je regarde Florence et lui chuchote :- Regarde ce que tu as fais de ta fille. Elle sourit. Son anus baille, il n’y a pas d’autres mots. Dilaté sur 4 cm environ, on voit le fond. Je lui fais signe de remonter à la maison, se rhabiller et prendre sa voiture. Le garage est loin, la musique toujours en boucle, aucun risque qu’on l’entende partir. – Tu as été un superbe mon amour. Florence et Antoine vont adorer cette vidéo. – J’espère ! Je suis cassé, ce gode est dingue… Je prends mon téléphone pro :- Vous dépassez mes attentes belle maman. Une vraie chienne. Ce goût du risque vous va à merveille. – Jamais je n’aurai imaginé faire des choses pareilles. Heureuse de te satisfaire. Continues. J’aime ça. – Laissez moi réfléchir au prochain rendez-vous… – Ce que tu voudras, je serai obéissante. Je te demande une seule chose. Laisse moi m’occuper de ta queue… – Je prends note. A bientôt. DAVID 75DAVID.XXX@GMAIL.COM

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

kartal escort sakarya escort bayan adapazarı escort istanbul travestileri istanbul travestileri ankara travestileri maraş escort bayan kuşadası escort bayan çanakkale escort bayan muğla escort bayan mersin escort bayan muş escort bayan nevşehir escort bayan elazığ escort bayan erzincan escort bayan erzurum escort bayan online poker canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri sakarya escort sakarya escort ısparta escort karabük escort karaman escort karşıyaka escort kaş escort kastamonu escort kayseri escort kırıkkale escort kırklareli escort kırşehir escort mobil porno serdivan travesti