Initiation d’une jeune bourgeoise – 2 –

Amateur

Initiation d’une jeune bourgeoise – 2 -Initiation d’une jeune bourgeoise – 2 -Après sa découverte, Camille sut rester maîtresse d’elle même. Durant le reste de la soirée, elle se conduisit comme une véritable femme du monde ne laissant rien transparaître de ce qui devait être sa colère envers moi.Mais dès lors que nous fûmes seuls, dans la voiture, elle devint hystérique.J’eus droit, et c’est normal, à tous les reproches du monde.” J’étais comme tous les hommes un salaud, ….. Elle ne me ferait plus jamais confiance, je dormirai dans la chambre d’amis….. “Comme je ne répondis pas, sa rancoeur s’accentua et elle fut à la limite de la vulgarité.Bien heureusement, nous arrivâmes chez nous.Je la pris par le bras et l’amenai devant l’ordinateur.En quelques clics, je fus sur un site porno. Je téléchargeai un vieux film français qui racontait comment une femme de bonne famille, trompée par son mari évoluait peu à peu pour devenir une libertine, il me semble me souvenir qu’il s’appelait ” initiation d’une femme mariée “– Tu regardes ça . Moi, je vais me coucher et on en reparle demain. Sinon, c’est simple, on divorce !!Ce chantage , bien qu’il fut une menace en l’air , on ne se sépare pas dans notre milieu, fit son effet.Le lendemain matin, je la retrouvai endormie à mes côtés.Je consultai l’historique du pc et constatai, avec un peu d’étonnement d’ailleurs , que Camille, jusque tard dans la nuit, avait visionné tout un tas de vidéos classées x.Elle se leva fort tard et de bien méchante humeur.Elle but son café sans avoir pris la peine de répondre à mon bonjour.Tout à coup elle attaqua.– C’est ça que tu veux que je devienne ? Une salope ?– Non, ce que je veux que tu comprennes c’est que je t’aime et .– C’est ça que tu appelles aimer ? Me tromper ? M’humilier ?Je frappai un grand coup sur la table, elle sursauta.– Tu me laisses finir sans m’interrompre, après on dialoguera sans s’énerver !Elle baissa la tête.– Je disais donc que je t’aime mais que j’ai toujours eu une vie sexuelle libre et variée. Je ne te fais aucun reproche mais tu ne me satisfais pas sur ce point. Alors je pourrai te promettre que je ne te tromperai plus mais ça serait mentir. Un jour ou l’autre, j’irai chercher ailleurs ce que je ne trouve güvenilir bahis pas ici. Je ne te demande pas de devenir une salope, comme tu dis, ni de faire ce que tu n’as pas envie, juste d’accepter de te libérer un peu , d’être un peu plus coquine.– Tu m’en demandes beaucoup !– Qu’est ce qui t’a plu dans tout ce que tu as regardé cette nuit ? Lui répondis je perfidement ?Elle rougit comme une pivoine, baissa la tête et s’en fut prendre sa douche sans me répondre.Les choses en restèrent là pendant quelques jours . Elle me battit froid, je pris soin de rester sage et mis un terme à ma relation avec Marie qui fut compréhensive.D’autant plus, mais je ne le sus que bien plus tard, que le lundi suivant, elle eut une sérieuse explication avec Camille qui la gifla lui ordonnant de ne plus s’approcher de moi.Je me rendis compte que ma femme consultait de plus en plus de sites coquins, pour ne pas dire pornographiques. Peut être, mais j’en doutai, ne savait elle pas que ses séances de surf laissaient quelques traces.Je jubilai intérieurement. Les choses allaient elles évoluer ?Il y avait maintenant 3 semaines que nous n’avions pas fait l’amour et ça commençait à me peser.Un samedi matin donc, je décidai de brusquer un peu les choses.Lorsqu’elle revint de sa douche matinale , j’étais nu sur le lit et je me masturbai.Elle eut un sursaut en apercevant le spectacle.– Mais qu’est ce que tu fais ?– Comme tu ne veux plus me faire plaisir , il faut bien que je le satisfasse..– Arrête ça tout de suite, c’est immonde.– Non, c’est la vie…Je vis qu’elle ne pouvait pas détacher son regard de mon intimité turgescente.– Ca serait sympa si tu pouvais m’aider..– Ca va pas non ?Je pris sa main et la posai sur mon sexe. Elle ne la retira pas.La guidant, j’imprimai à sa menotte des mouvements de va et viens.Comme hypnotisée elle fixait toujours ma bite tendue.– C’est sec, ça me fait un peu mal, lui dis je — Tu veux que j’aille chercher du lait hydratant ?– Ta salive fera l’affaire non ?Elle comprit mon allusion et, après une brève hésitation, elle se pencha pour me sucer le gland.Elle avait du regarder quelques images traitant du sujet car elle essaya de faire de son mieux.Malgré tout je sentis ses dents et la sensation türkçe bahis fut désagréable.Je m’abstins de tout commentaire , remettant à plus tard son éducation en la matière.Je fus bientôt au bord de l’éjaculation. Ne voulant pas brusquer les choses, je relevai sa tête et mes jets ne coulèrent que sur ses doigts.Je manifestai mon contentement en la remerciant vivement, lui faisant des compliments.Elle ne refusa pas ma bouche qui l’embrassa et je sus tout de son excitation en apercevant le fond de sa culotte tout trempé.Cette séance fut un déclic pour elle.Le soir même , elle entra dans la chambre tenant dans sa main ma mousse à raser et mon rasoir.Surpris , je ne pus m’empêcher de la taquiner.– Tu sais Camille , je me suis rasé ce matin.Rougissant, elle me répondit :– Il semblerait que la mode soit aux pubis imberbes. Si tu veux, tu peux…Je la fis s’installer confortablement et m’en fus chercher une serviette et une cuvette d’eau tiède.Je pris bien garde à ne pas la blesser et elle se retrouva vite sans aucun poil.Je me reculai pour contempler mon oeuvre.– Ne bouge pas ! Et je revins avec un miroir.– Ca te plait ?– Je ne sais pas, ça me fait drôle.Je lui pris la main et la posai sur son sexe.Elle ferma les yeux et se laissa guider. Je fis passer son majeur sur ses lèvres qui s’ouvrirent.Un doux clapotis se fit entendre et je la fis insister sur son clitoris.Au bout d’un moment , je n’eus plus besoin d’intervenir, Camille découvrit son corps et appris à jouer avec.Je la contemplai s’abandonner à la volupté jusqu’à sa jouissance.Les joues rosies de bonheur, elle ouvrit les yeux et me sourit sans parler.Je la pris dans mes bras et la serrai tendrement.– Merci pour le plaisir que tu me donnes, lui dis je tendrementElle ouvrit ses grands yeux.– Du plaisir ?– Oui, tu ne peux pas savoir le bonheur que tu m’apportes.– Je t’aime , me répondit elle, et j’ai envie que tu le fasses l’amour , là , maintenant.Je ne me le fis pas dire deux fois.Pour moi, les choses allaient dans le bon sens. Camille était de moins en moins pudique quoique toujours sage. Elle prit, durant les semaines qui suivirent, pleinement conscience et possession de son corps.Elle n’hésitait plus, durant nos rapports intimes à se güvenilir bahis siteleri toucher pendant que nous nous aimions.Elle aimait par dessus tout, se masturber frénétiquement pendant que je la prenais en missionnaire, cela lui amenait des orgasmes intenses et elle manifestait sa jouissance avec de plus en plus de volubilité.Ses tenues vestimentaires changèrent de concert.Je la persuadai qu’elle avait un corps superbe, des jambes sublimes, ce qui était vrai .Elle commença à porter des vêtements plus apprêtés et des robes plus courtes et plus échancrées.Elle fut juste fort contrariée que sa mère , lors d’un thé chez mes beaux parents , sermonna vertement devant moi.Je pris sa défense .Elle me rabroua me disant que si Camille était ma femme, elle restait sa fille et que , chez eux , on ne se comportait pas en pute.Je le pris fort mal et nous partîmes sur le champ, Camille en pleurs.L’influence de la douairière devait être encore énorme car la régression fut immédiate.Adieu les jupes courtes, les chemisiers entre ouverts, les galipettes en pleine lumière.Même sa foufoune repoussa.Elle ne se refusait pas à moi, certes , mais nos rapports redevinrent ceux des débuts de notre union.Je fis de mon mieux pour prendre mon mal en patience, essayant, tant bien que mal, d’engager le dialogue sur ces choses intimes. Rien n’y fit. Camille était refermée comme une belon.Je trouvai quelque réconfort de mes pulsions auprès d’escort girls de luxe de passage.Ces filles , ouvertes, pleines d’imagination ne refusaient aucun de mes caprices pourvu que j’y mette le prix.Si mes sens y trouvèrent à se repaître, ces relations tarifées me laissaient toujours un gout amer.J’envisageai sérieusement de trouver une maîtresse.Certaines femmes de notre entourage, malgré leur paraître, leur condition étaient de formidables assoiffées de sexe, je le savais.Je commençai même à flirter avec quelques unes parce que , si elles sont de véritables salopes au lit, il faut quand même adopter un certain cérémonial pour les y mettre.Deux ou trois d’entre elles, me firent comprendre par leur attitude qu’elles ne seraient pas contre une aventure extra conjugale.Malgré tout, j’hésitai encore à m’embarquer dans une relation de ce type.J’aimai sincèrement Camille et je ne voulais pas qu’elle souffre si, par mégarde, elle venait à le découvrir.Les choses changèrent quand, et je vis là une occasion unique de faire ouvrir les yeux à ma femme, j’appris que ma belle mère avait un amant.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

didim escort istanbul travestileri istanbul travestileri ankara travestileri gaziantep escort pendik escort antep escort seks hikayeleri kartal escort maltepe escort pendik escort kartal escort adapazarı escort adapazarı escort izmir escort ankara escort canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri sakarya escort