La jupe d’écolière 4

Gif

La jupe d’écolière 4Au royaume des sirènesL’aquarium du sexe était exactement comme je l’imaginais, même pire. S’il existerait un genre de guide Michelin pour des d’endroit comme celui-la, il n’aurait même pas la moitié d’une étoile. Quant on entra avec Denis, mon patron, qui nous tenait par la taille moi et ma demie sœur Mimi, comme si on était ça possession et il semblait en être très fier, tous les gars nous regardèrent jusqu’à ce que l’on s’assoie a une table chambranlante. À part les danseuses, il n’y avait que nous deux de filles. Wow! Ici, pas d’éclairage colorer, pas de néon, pas d’écran géant passant du porno, que de vielles télés des années 80 accrocher près du plafond, de vieux posters jaunis de filles nues aux murs et de la musique bien trop forte. J’eus la nette impression de reculer dans le temps jusque dans les années 80.Eh oui, il y avait un aquarium géant, au lieu du stage habituel avec un poteau. Il était encastré dans un mur comme une fenêtre donnant sur un fond d’océan. Décor d’algues et de coquillages en plastique, pas si mal foutu finalement. J’adore les aquariums, j’en et un immense et ça me rappela que j’avais oublié de nourrir mes petits poissons, pas étonnant avec ma sœur qui était débarquée sans prévenir. Les filles y entraient par un étroit couloir sur le côté ou une échelle permettait de grimper pour y plonger derrière le mur. J’imaginais déjà qu’elle le faisait en bikini pour 3 danses, sous l’eau en se tortillant dans l’espace somme tout exigu : deux morceaux, un morceau et nu dans de l’eau claire comme du cristal et même pas un petit poisson rouge pour leur titiller les mamelons ou les poils pubiens, dommage. Mais pour l’instant, pas de sirène à l’eau.Les tables en bois user tout comme les chaises tout aussi chambranlantes avaient dû être récupérées dans un dépotoir ou une ancienne taverne. Tout était croche dans la place, même les clients, même les serveuses qui semblaient toutes avoir plus de 40 ans, sauf une ou deux, même certaines plus de 50. Elles se baladaient toutes seins a l’air, juste en mini ou en short, même quelques une juste en string avec une ceinture a la taille en cuire avec une pochette pour mettre leurs argents. Mais, ça, qu’elle soit âgée ne me dérangeait pas, j’ai toujours préféré les femmes plus vieilles que moi, même les dames très âgées, mais le reste était déprimant. Note a moi même; ne plus remettre les pieds ici.C’était quand même bandant de voir tous ses seins se balançait mollement et ces fesses tandis qu’elles se baladaient entre les tables en se déhanchant et regarder ça avec ma sœur me fit gonfler la bite sous ma jupe. Sous la table heureusement. Denis, installer entre nous deux leva le bras, j’eus l’impression que ses gros biceps allaient faire éclater son t-shirt. Celle qui vint prendre notre commande avec un gros sourire avait justement dans les 40 ans, mais un corps magnifique quand même, svelte avec de sacrées belles jambes et une belle grosse paire de seins tombants qui se frappait mollement avec piercing de mamelons, plus des tatous, mais laide a faire peur et pas une seule dent dans la bouche. Quoi que, avec des dents, elle devait être pas si mal finalement? Me v’là a bandé plus dure, car j’aimais trop ça me rincer l’œil. J’ai toujours été un voyeur fini, et maintenant j’étais une voyeuse blonde que les gars dévoraient des yeux et ça me plaisait. C’était bien visible que je ne portais pas de soutien-gorge sous mon top gothique et mes mamelons durcissait à vue d’œil en me chatouillant. Trop cool ! Ceux de ma demie-sœur aussi pointaient ce qui faisait saliver Denis tout autant que moi.Évidemment, tout à l’heure quand Denis c’était pointer pile a l’heure devant l’ancienne usine qui abritait mon loft ou on l’attendait Mireille et moi en fumant une cigarette et qu’il avait aperçu ma sœur par adoption, j’avais cesser d’exister, enfin presque. Ma belle petite sœur un peut ronde et très busté (de gros seins ballons très hauts), qui venait de me faire la surprise de débarquer soudainement chez moi venue de Chicoutimi sur le pouce, aussi en mini et bas nylon noir déchirer et camisole noire moulante, l’avait fait saliver comme un malade. Ces gros seins faisaient toujours cet effet-là au gars et elle était super belle en plus avec ses cheveux teints en roux et en partit tresser, sa peau de lait comme la mienne, ses petits yeux rieurs et ses lèvres pulpeuses couverte de rouge. Même en blonde je ne pouvais compétitionner avec elle, surtout avec mes petits seins. Mireille avait eu droit au siège passager dans le camion et moi a une pile de circulaires a l’arrière. Merde! Moi qui m’était fait si belle pour mon patron que je trouvais flippant, jupe d’écolière noir et blanche, bas nylon gris avec bande élastique a motif de crâne et top gothique très décolleté sans soutien-gorge. Mon patron, dans la trentaine et très mignon même avec sa moustache ridicule était bâtit comme un catcheur tout en épaule, marié et père de deux enfants et je m’en foutait. Il avait de beaux yeux bleus et de larges épaules, visiblement, il s’entraînait, je le trouvais vraiment bandant. C’est à peine s’il m’avait dit deux mots tout au long de la route tandis que je tombais sans arrêt à chaque fois qu’il faisait un arrêt obligatoire pour ensuite redémarrer comme un fou, comme pour une journée de travail. J’avais passé mon temps à remonter mon corsage par-dessus mes petits seins et à tirer ma jupe. Et Mimi avait trouvé ça très drôle. Pas méchamment, mais tout de même, je commençais à regretter d’être là en lui faisant des grimaces. Ma petite sœur est ma meilleure amie, mais là, je me sentais en compétition avec elle pour Denis, même si je trouvais ça ridicule. Je n’avais aucune chance par que j’étais pas une vraie fille comme elle, mais une shemale, même si personne ne pouvait le deviner, mais Denis le savait. Il m’avait invité sans doute pour que je le suce dans un motel ou pour me sodomiser, mais là, avec Mimi…Avant que Denis n’arrive, ma sœur m’avait expédié dehors pour prendre un bain, car ma baignoire était installée en plein milieu de mon salon. J’étais revenu 30 minutes plus tard comme elle me l’avait demandé pour la surprendre en bas nylon, petite culotte noir superbe et soutif assortit en dentelle a sauter sur place a coté du bain pour faire passé sa mini-jupe très serrer par dessus ses fesses. Wow! Sa grosse paire de seins ballons débordait du soutien-gorge et ça revolait joyeusement avec ses gros mamelons visibles et gonfler. Son slip laissait même apercevoir sa toison ovale. Seigneur, j’en avais eu des bouffés de chaleur, surtout a l’imaginer me faire un tel spectacle tous les jours en attendant qu’elle se trouve un appart. Même si j’avais vu ma sœur très souvent comme ça, quand j’habitais encore a la maison, je remis a bander sous ma jupe. C’était trop drôle parce que la sienne devait être une taille trop petite. Elle forçait en grimaçant et souriant en me regardant la regarder, j’eus même droit à une jolie grimace.-Regarde ailleurs vicieux, avait t-elle dit en riant.-Vicieuse maintenant Mimi, avait-je répliquer en me laissant tomber sur mon sofa en sentant mes petits seins sursauter, et j’ai déjà tout vue ça des centaines de fois. -WAIS! Avait -telle dit en riant tout en forçant pour faire monter la fermeture éclair sur ses reins ou s’affichait un beau tatouage; deux ailes déployées. Tu le faisais exprès pour ne jamais frapper à ma porte de chambre avant d’entrer. Si tu penses que je le savais pas.-Trop craquante ma petite sœur et puis tu tes jamais gêner pour te changer devant moi non plus, hum? La plus belle de l’école, tous les gars le disaient.-La plus belle mon œil, y mon jamais vu la face, y regardait que mes grosses boules, comme toi.-Hum, mais toi non plus tu ne frappais jamais avant d’entré dans la mienne.Là, elle rit, se rappelant sans nul doute la fois où elle m’avait surpris à me masturber.-WAIS, mais j’aurais du.-Un coup de main, je pense que ta mini est une taille trop petite.Une autre grimace avant de répondre :-Non ça va, j’ai juste repris du ventre un peut.Finalement, une fois sa mini bien en place, elle c’était retourner pour fouiller dans son sac a dos par terre, plier en deux, jambe bien droite comme juste les filles peuvent le faire, mais de coté pour que je ne voie pas sous ça mini, dommage et en sortir une camisole en me regardant tout sourire.-Y a aucune porte dans ton lof, ça promet et je vais dormir ou? Le divan?-Oui, mais demain on va t’arranger un coin t’inquiète, pas. Il est vraiment hot ton nouveau tatouage Mimi.Elle avait regardé son crâne rigolant sur son sein gauche comme moi avant d’enfiler sa camisole noire ultra-moulante.-WAIS, j’aime le tien aussi sur ton poignet, ces des runes c’est ça?Elle avait aussi de beaux tatouages sur les bras et des piercings comme moi, aux narines et aux lèvres et à la langue. Vraiment bandante ma petite sœur par adoption.-WAIS, et j’en ai un autre quelque part.-Ah, oui, avait t-elle fait rieuse en sortant un gros nécessaire de maquillage de son sac de voyage. Ou?-Sur une fesse et demain je m’en fait bahis firmaları faire un autre comme toi sur un sein et un autre piercing.-OK! Bon, ou je peut me maquiller ma nouvelle grande sœur? Dans ta toilette?-Il y a un coin salon de beauté dans ma chambre ma belle petite sœur et dépêche, Denis va être la dans 10 minutes.-Super. Même pas le temps de me faire belle.-Tant mieux pour moi.Elle m’avait tiré la langue encore en entrant dans ma chambre et j’étais resté là à fantasmer comme d’hab sur ma sœur. Pas besoin de vous dire a quelle point j’étais heureuse qu’elle vienne habiter chez moi le temps quelle se trouve du boulot. Elle était en plein mon genre de fille en plus, un peu ronde, sexy et… très busté. WAIS, je suis une Shemale bi, pas gay. Mais, ça, vous le saviez déjà.Donc, nous val au royaume des sirènes laides a faire peur, même a Ulysse et ça gagne de matelots endurcit tueurs de monstres et je n’avais pas vraiment le sourire parce que Mireille et Denis semblaient très bien s’entendre. Il lui parlait a l’oreille, déjà la main sur une cuisse et Mimi ne lui enlevait même pas, et ça ne faisait que 2 minutes que nous étions assit a une table. Comme prévu pour ça aussi, je me retrouver la troisième roue du carrosse et a moitié bandée déjà. Merde! Si elle partait avec lui et me plantait là, je ne lui pardonnerais jamais. Mais qu’est ce qu’elle foutait a sourire comme une idiote a ce gars marier et a ce laisser tripoter. Ce n’était pas son genre de se laisser faire comme ça. Je l’avais déjà vue asséner un solide coup de poing à un gars de son âge trop saoul et trop entreprenant. Il n’avait pas insisté en pissant le sang. Elle avait un sacré caractère ma sœur et la réplique facile pour les cons qui lui parlait de sa poitrine. Et revoilà miss pas de dents qui reviens avec nos bières sur un plateau en se déhanchant sans rien renverser en talon haut, (un miracle,) pour ce pencher sur la table et nous servir. Je me mis a bandé plus dur tout de même juste a voir ses seins se balader sous mon nez. Visiblement, ils étaient naturels et me faisaient saliver en me demandant si j’aurais le courage de me faire percer un mamelon demain. J’avais tout de même pris la précaution d’enfiler des slips qui allait bien garder mes couilles en dedans et ma bite bien serrer, car je savais que j’allais bander souvent ici et en jupe d’écolière, ça se voit, c’est un peut gênant. Elle ne portait qu’un string et visiblement elle se rasait complètement le pubis sur lequel il y avait tatoué un gros papillon qui avait perdu ces couleurs et depuis longtemps apparemment. Trop de tamponnage de pubis probablement. Au moins, Denis me paya aussi la bière. Ouf! Et v’là miss édentée qui se présente en criant à cause de la maudite musique à crever les tympans.-Je suis Carole, si vos gars veut une pipe les filles, c’est 60 $ pour 15 minutes, 75 $ si j’avale, un complet c’est 200 $ et 50 $ de plus pour me la mettre dans le cul s’il la pas trop grosses et pas sans condom. Si vous voulez regarder c’est 20 $ de plus, chacune, mais interdit de filmer dans les cabines, ici non plus. Moi et Mireille on la regarda stupéfaite déballer son menue, bouche ouverte, sans même cligner des yeux, puis on se regarda. Ma sœur finit par fermer la bouche et dire très fort :-Mais qu’est-ce qui est arriver a tes dents ma belle?-Pardon!!! cria la Carole en se penchant plus, ses mamelons durs effleuraient la table.-T’es dents?Ça, c’est ma sœur, elle ne peut pas s’empêcher de poser de drôle de question, c’est plus fort qu’elle. Au moins, ça me permettait de me rincer l’œil plus longtemps. La Carole avait tout de même un cul et des jambes d’enfer et ses seins me donnaient l’eau à la bouche et apparemment, à Denis aussi. Il les fixait tout autant que moi, la main toujours sur la cuisse de ma sœur. J’en étais jalouse et je pensais même à lui prendre l’autre main pour la mettre sur ma cuisse. Je le croyais un peu à moi pour la soirée. Mais non!-Un accident de moto, j’ai mangé les poignée dret dans bouche. Hurla la serveuse.-Pauvre toi, cria Mireille attrister.-Hein!-Pauvre toi! hurla ma sœur beaucoup plus fort.Seigneur! Je mis a rire, c’était trop drôle. Et Denis, qui visiblement s’amusait beaucoup lui aussi, regardait tout autant les gros seins de ma sœur que ceux de la serveuse a présent, même pas les miens et ça devenais frustrant et toujours en lui pelotant la cuisse. J’avais tout de même un sacré décolleté et mes mamelons pointaient sous mon top tout autant que ceux de Mireille. Merde! Ça me faisait tout même tout drôle d’être la, avec ma sœur devant des femmes se baladant a poil. Elle n’était pas vraiment ma sœur, mais c’était tout comme. Ma mère l’avait adopté jeune. Et tout à coup, je songé justement a ma mère, inquiète pour ma Mimi qui avait quitter le foyer familial ce matin sur le pouce pour se taper Chicoutimi/Montréal, pour venir vivre avec moi le temps de se trouver du boulot et un appart et moi, j’entrainais ma petite sœur par adoption de 18 dans un club de danseuses nues pour la première fois de sa vie. Pas de doute, ma mère serait très fière de son grand garçon, qui n’en était plus un, qui état devenu une très jolie blonde. Elle l’avait appris aujourd’hui au téléphone, dure, dure journée pour elle. Comme je la connais, elle avait dû s’acheter du vin et devait être en pleur devant sa télé, ou fêter le fait d’être enfin seul en sabrant le champagne et en se faisant sauter par son amant.-Bof, l’avantage c’est que les gars aiment mieux mes pipes, continua la Carole sans aucune gêne, les deux mains a plat sur la table pencher vers Denis pour qu’il profite pleinement de la vue en espérant qu’il veuille une pipe sans doute ou un complet. C’est très vendeur de beaux gros seins qui pendent jusqu’au bijou de nombril. En tous cas, ce que la danseuse ne savait pas c’est que sa technique de vente fonctionnait tout aussi très bien avec moi. Seigneur! Ma bite voulait faire péter ma petite culotte. Même Mimi regardait sa poitrine. Tient don! Les filles, les vraies filles aiment bien se comparer y parais, ça devait être le cas. En tout cas, les seins ballon de ma sœur lui auraient fait engranger une fortune à s’exhiber dans un club de danseuses nues. Mais, ma petite sœur était une féministe radicale, ça n’arriverait jamais. J’étais même surprise qu’elle ait voulu de venir ici.-Ça te tente mon beau? Fit la Carole en fixant Denis. Tu vas flipper, je te jure.-WAIS, fit-il en se levant, je reviens les filles.On le regarda partir avec, la chose, et nous planté la, a se faire manger des yeux par les autres gars, une bonne vingtaine, en se regardant toute les deux quelque peut décourager. On venait d’arriver et il partait déjà avec cette fille pour ce faire faire une pipe. Seigneur! D’un autre côté, je regrettais de ne pas avoir emmené plus d’argent, une bonne pipe par une fille m’aurait fait du bien, par une pro en plus. Je n’avais jamais essayé ça, mais, devant Mimi, ça me gênerait trop de toute façon.Mireille avait perdu son sourire. Tien don. Déçut du gars ma petite sœur. Je l’avais averti pourtant. Mais moi aussi je l’étais. Merde! Je m’installer sur la chaise encore chaude de Denis pour lui parler pencher vers elle sans avoir a hurlé a chaque fois.-Pourquoi tu ris comme une idiote chaque fois que Denis ouvre la bouche, Mimi?Et je dois rêver, ma sœur a louché vers mon décolleté en se penchant elle aussi vers moi pour pouvoir m’entendre. Je louche aussi puis regarde mon top gothique qui a glissé et je le remonte, mais même la, penché comme je l’étais, la vue était imprenable, surtout pour les gars de la table a côté qui n’en manquait rien et j’aimais ça. Mes seins ont poussé naturellement avec le traitement aux hormones, ils ne sont pas gros, mais mignons comme tout, et mes mamelons pointent presque tout le temps. Mais je comprenais Mimi de les regarder, ça devait lui faire encore tout drôle de me voir avec des seins étant donné qu’elle aussi a appris seulement aujourd’hui que son beau grand frère était devenu une belle fille, blonde aux yeux bleus.-Ben, je le trouvais craquant. Répondit-elle comme déçut.Je me force pour ne pas loucher encore vers son décolleté si profond, mais c’est pas évident. Surtout avec son nouveau tatouage sur le sein gauche. En plus, elle a de sacrées belles cuisses ma petite sœur. Trop sexy en bas nylon noir tout déchirer laissant entrevoir la blancheur spectrale de ses belles cuisses.-Tu viens de déchanter.-Un peut. Seigneur! Je ne pensais pas que les danseuses étaient aussi directes avec les clients, même accompagner et on est les deux seules filles de la place en plus, y nous regarde tous comme si on était le buffet à volonté dans un congrès de zombies. Là, elle me regarde les cuisses en souriant et rajoute : croise les jambes malheureuses.-Oups! Fis-je en le faisant sous la table tout en regardant ma jupe pas mal courte avec une bosse bien visible. Merde! Mimi a dû le voir. -Tu viens d’en décevoir quelques-uns la blonde, ça se voit que t’as une érection, et une grosse à part ça.-Oups! Fi-je un peut gêner. Je te défends de regarder par là kaçak iddaa toi.Elle rit et rajoute les yeux brillants :-Tu te gène pas pour me regarder les Boules et le reste.-Moi?-Pis, quand je m’habillais chez toi, tu tes rincer l’œil.-Eh…-C’est filles la t’excites vraiment? Seigneur!-Ben…-Où c’est moi?-Ben non, t’es ma petite sœur.-WAIS! WAIS! Fit-elle en arborant un sourire espiègle avant de boire une gorgée les yeux tout petits et brillants fixer sur moi.Je ris finalement avant de prendre une bonne gorgée moi aussi, j’avais trop chaud. C’était tellement bizarre d’entendre ma sœur parler d’érection avec toutes ses paires de seins en plus qui se baladaient autour de nous. On ne parlait jamais de ça avant, quand j’habitais encore à la maison. Normal, j’étais un gars et elle une fille, de trois ans ma cadette.On regarda finalement une fille déjà complètement nue faire des loopings dans l’aquarium. Elle était jolie celle-là et se rasait complètement le pubis. C’était plutôt gracieux a voir, même plus érotique que les danses poteau. Elle le faisait exprès évidemment pour écarter les cuisses face à l’assistance pour bien montrer sa vulve. J’en avais l’eau à la bouche. Voir ça aussi avec Mimi me donnait des sueurs. Puis je dis :-En revenant, ces toi Mimi qui t’assoie en arrière du camion et moi qui rit.-Parfait, c’est pas moi qui vais me faire encore tripoter les cuisses par lui en rentrant, j’en ais déjà plein le cul finalement. Mais t’inquiètes pas, comme y sait pour toi, je suis certaine que ce genre de gars te prendra jamais les tiennes. Comme ça, on va être safe toutes les deux. Cris t-elle amuser.-Eh…Gros soupir en voyant un gros dégueulasse me faire un clin d’œil. Seigneur! Je tourner la tête vite fait.-Et, l’invite surtout pas a monter chez toi. M’ordonna Mimi. Puis elle me regarda drôlement et rajouta comme si elle venait de comprendre quelque chose tout à coup : Seigneur Pierre!-Quoi, fi-j’inquiète en regardant mon corsage au cas ou il serait descendu trop bas. Et ses Christine, dis-je en le rajustant encore un peut.Le gros dégueulasse n’en manquait rien et me fit encore un clin d’œil. Shit! Je faillis me lever et soulever ma mini pour qu’il me foute la paix, mais j’étais pas assez saoule.-J’oublie tout le temps, Christine, désolé, mais, t’étais jalouse parce qu’il me pognait les cuisses on dirait? Ce gars-là te plaît? Désoler de te décevoir, mais je suis certaine que c’est pas le genre a… eh…-Toucher une autre bite que la sienne?-WAIS! Enfin, j’imagine. Je me trompe, y t’attire?Là, je rougis et j’eus très chaud.-Mais non, y m’intéresse pas. Menti-je en prenant un faux air offusquer.-Ta face me dit le contraire, j’aurais pas du venir. Merde! Désoler. T’aurais dû me le dire nono. Mais t’inquiètes pas, y m’intéresses plus du tout et il va le savoir s’il me reprend les cuisses. Je pensais vraiment pas qu’il t’attirait. T’aurais vraiment dû me le dire.-Ahhhh, arrête veut tu. Dis-je agacer. On va pas se tirer les cheveux pour ce con-là.-Oh non, fit-elle avec beaucoup de conviction, puis il est marié en plus, je l’avais oublier et y se fait faire une pipe par une danseuse. Jamais je me laisserais étendre par lui, t’inquiète pas.-Y me toucherais pas de toute façon.-Chut pas sure finalement, y ta pas inviter pour rien, pense s’y, Pierre, eh, Christine.Pourquoi je mentais à ma sœur? Par gêne évidemment. On se regarda et on finit par éclater de rire.Bang! Et voilà! Elle venait de signer l’arrêt de mort de mes envies de sodomie pour ce soir. Denis ne voyait qu’elle de toute façon. Merde! Donc, j’avais fourré mon lubrifiant anal dans mon sac à main pour rien avant de partir. Mais j’étais en train de bander plus dur sous ma jupe, car les mamelons de Mimi devenaient vraiment gros et bien plus visibles tout à coup. Malgré ce qu’elle m’avait dit toute à l’heure je ne pouvait m’empêcher de la regarder à la dérober comme tout le monde tandis qu’elle buvait en regardant l’aquarium désert pour le moment. La fille venait de sortir pour s’enrober dans une serviette sous les applaudissements des zombies. Elle aussi avant les mamelons au garde a vous et pas a peut près. Ça me fit saliver tout en me demandant ce qui pouvait bien provoquer son gonflement de mamelon extrême de ma petite sœur, surtout dans un endroit comme celui-là. Sûrement pas la gagne de vicieux qui nous dévorais des yeux. Puis, ma vessie se réveilla. Et soudain, le gros dégueulasse apparut devant notre table nous bouchant la vue; barbe de trois jours, t-shirt vers lime et sale, trace de sueur aux aisselles et grosse bedaine a l’air, poilu en plus.-Je peux vous payer une bière les filles? Hurla t-il en me fixant.-Non!!! Criai-je en même temps que ma sœur et on partit a rire en le regardant s’en aller très déçut, même fâcher. Pauvre con.-Merde, j’ai déjà envie de pisser. Dis-je au bout d’un moment en serrant les cuisses.Elle rit en pointant les toilettes des filles.-C’est là-bas, la blonde, amuse-toi bien. Hurle-t’elle.-Je sais, mais… tantôt.-Quoi? Ça te gêne d’aller dans les toilettes des filles? Tu veux que je vienne avec toi?-C’est pas ça, mais la… je peut pas me lever Mimi.Elle me regarda les yeux tout petits en prenant une gorgée, mignonne comme tout. Elle semblait bien s’amuser.-Oh, fit-elle, comprenant soudainement pour quoi j’hésitais a me lever et elle éclata de rire avant de rajouter en criant; tes encore bander?Ouf, j’en avais les aisselles toutes trempes malgré mon désodorisant.-WAIS! (Miss pas de dent) était laide a faire peur, mais, coté seins c’était quelque chose et cris le plus forts.La v’là qui rit a mort et moi aussi. Finalement on se calme en s’essuyant les yeux, on nous regarde et on boit et ça se tortille à nouveau dans l’aquarium et j’ai de plus en plus envie de pisser. Merde! J’ai beau me concentrer, ma bite refuse de ramollir. Il y a tellement de seins qui se baladent. Et la sirène, celle-là est jeune et mignonne et asiatique avec de longs cheveux noirs. Bandante a mort. Mais c’est tout de même les cuisses de Mireille qui me font bander le plus. Seigneur!-Je peux te payer une pipe pour te faire débander, Cris soudainement Mimi a mon oreille me faisant sursauter avant de repartir a rire et de rajouter moqueuse avec une drôle de face de clown comme elle faisait enfant; parais qu’elle fait flipper en maudit la Carole.Je reste un instant bouche bée de l’entendre dire ça, puis lui fait une grimace et hurle a mon tour :-On va voir ça quand ton beau Denis va revenir. S’il a les yeux tout croche, c’est que c’est vrai.Nous revoilà crampés de rire et on nous regarde. Les grosses boules de ma sœur qui sursaute font un effet bœuf sur les gars qui s’en bave dessus, tout comme moi. Idem pour ses cuisses croisées et bien rondes. Elle se penche encore vers moi et me dit :-Arrête de dire que c’est mon beau Denis si tu tiens a tes couilles, la blonde.Encore à rire à n’en pleurer. On doit passer pour deux filles défoncer aux amphétamines. Tandis que je regarde les autres serveuse se balader en sirotant ma bière rêvant d’en sauter une, ou la sirène qui a pas mal de souffle pour une fille si maigre qui semble avoir 12 ans, je réalise que le fait que j’ai un corps de filles maintenant fait que moi et ma sœur on se parlait plus franchement de sexe. C’était vraiment flippant! WAIS, la sirène a pas mal de souffle me dis-je en réalisant quelle se tortillait drôlement sous l’eau. Comme si elle venait de voir un requin.Et, soudainement, un gars se lève, cour dans le couloir qui même a l’aquarium, grimpe l’échelle et a la stupéfaction de tout le monde, il plonge dedans a la Tarzan. On le regarde tous en retenant notre souffle, tirer sur les longs cheveux de la fille qui semble coincée dans le fond dans de fausses algues.Mimi me regarde, je la regarde et on regarde Tarzan. Pas mal le gars dans la vingtaine, son t-shirt lui colle a la peau et il a de beaux pectoraux et aussi un anneau a un mamelon. Il tire les cheveux qui se décoincent finalement et la fille fonce vers la surface, le gars aussi. On ne voit plus que leurs jambes. Wow! Une sauvetage en direct, et bien!Le dorman arrive en courant, un bœuf gigantesque avec un barbe en trident tout en tatouage et en bras et aide la file a sortir de la, puis une fois le gars descendu a son tour il veut le frapper, mais la fille l’en empêche et lui parle a l’oreille. Avec la musique on comprend rien, mais on devine qu’elle lui explique qu’il la sauvé de la noyade et, les gars se serre la main et les zombies applaudisse le héros. Pas croyable!Moi et Mimi on se regarde les yeux tout ronds en souriant.Au moins, cet épisode héroïque m’avait fait débander, je pus me lever, ma sœur regarde ma jupe les yeux rieurs tandis que je prends mon sac a main et elle prend le sien en criant :-Je veux pas rester seul ici, c’est trop bizarre, surtout avec les zombies.V’là deux belles filles qui déambule entre les tables en se déhanchant joliment, moi en avant. Le troupeau d’attardés s’en bave dessus en se tordant tous le cou et j’aime ça. Je regarde en passant une des serveuses qui doit avoir 50 ans, mais mignonnes comme kaçak bahis tout et qui danse a une table sur une chaise. Elle aussi ne porte qu’un string et j’ai son cul a 2 pouces de la fasse, troublant, et pour une femme de son âge elle a une sacrée belle paire de seins tout blancs au petit mamelon rose qui rebondisse tandis qu’elle jase avec le gars qui a payé la danse. Je l’imagine me faire une pipe et ma maudite bite se réveille, surtout en pensant a Denis en train de se faire sucer tout près, quelque part, le chanceux. On entre finalement dans les toilettes au fond un couloir sombre, ni sale, ni propre. Au moins, ici la musique est moins forte, ça fait du bien aux oreilles et c’est désert.-Seigneur, fis-je, je pensais qu’ils allaient tous nous sauter dessus.-Vas falloir que tu t’habitues la blonde, surtout dans un trou comme celui-là. Et la fille qui a failli se noyer, j’en reviens pas, mais le gars ouuu… Mignon celui-là. Dit-elle en croisant les bras, se qui fit gonfler sa grosse poitrine tandis qu’elle appuyait ses fesses contre le comptoir des lavabos. Vraiment trop débile cette place la par exemple.Comment ne pas la regarder et pas dans les yeux?-Te gêne pas mon ma belle. Dit-elle les yeux rieurs en regardant sa craque de seins avant de me faire son plus beau sourire moqueur que je lui rends en ouvrant la porte d’une cabine.-Tu t’es pas gêner non plus tantôt quand je me suis penché vers toi, si tu penses que je m’en suis pas aperçu. On s’en rend toujours compte, nous les filles, quand on regarde nos seins ou nos culs.V’là m sœur, qui rougit en me faisant la grimace. Tien don! -WAIS! WAIS! Fait vite la blonde avant qu’on perdre notre table. Chut juste pas encore habituer a te voir avec des seins, sans soutien-gorge en plus, et je sais pas ce que je donnerais pour avoir tes jambes. Tu cours après le viol ma belle.-Les zombies auraient une méchante surprise. Dis-je en refermant la porte pour soulever ma jupe et descendre mon slip avant de m’asseoir sur la cuvette glacée, les pieds tournés par en dedans en fixant des graffitis obscène.-Ça tes déjà arriver qu’un gars intéresser se rende compte que… Oups. Pas de vagin.Là, je perd mon sourire.-WAIS!-Oh! Il la mal prit j’imagine.-Un peut, il ma frapper en pleine face et j’ai perdu connaissance et deux plombages.-Ben voyons, tu me parles d’un trou de cul.-Hum, maintenant j’annonce la couleur quand un gars m’intéresse.-Pauvre toi.-Ou une fille.-Tu fais vraiment pitié, dit-elle avant de rire.-C’est ça, rit de mon malheur Mimi.-Désoler.-Et arrête d’être désoler.-Désoler.Pisser bander, même a moitie c’est pas évidant, surtout en riant et en sachant ma sœur juste a côté, mais j’y arrive, petite culotte noire au genou, en poussant ma bite vers le bas les yeux river sur mes bottes toute égratigner. Depuis ma transformation ça me donne toujours de petits frissons d’être dans les toilettes des filles et j’aime ça. Comme je suis bi avec une préférence pour les filles, en savoir juste à côté de moi a pissé, ça me faisait bander parfois. Mais là, j’essaie de ne plus penser au sexe pour ne pas bander plus, mais à voir tous les tags de cul sur la porte et les murs, c’est pas évident. Et soudain, je l’entends s’approcher pour entrer dans la cabine d’a côté et je vois ses pieds chaussés de running blanc et noir s’empiler l’un sur l’autre tandis qu’elle s’assoit et je l’entends pisser. Merde, j’ai trop le goûte de me branler, mais, pas question.-On moins, tu le fais assise. Dit-elle en riant.-Mwais. Ça me fait tout drôle d’être dans un club de danseuses nues avec toi Mimi.-Un peut, surtout avec toi en fille et en train de pisser a coté de moi, dans la toilette des filles. Jamais j’aurais cru ça si on me l’avait dit en me levant ce matin. Mais j’ai un petit aveu à te faire, vu que ça semble être la journée pour ça.-Viens pas me dire que tes un gars toi aussi. J’ai déjà vu ta noune ma petite sœur quand on prenait encore nos bains ensemble.Elle rit.-Seigneur, ça fait une éternité. Non, mais, je…enfin… (un silence et) moi aussi je suis bi, Pierre.Un long silence cette fois ou je réaliser ce qu’elle venait de m’avouer et elle rajouta :- J’aime autant ça que toi de voir des filles se pavaner nue c’est pour ça que j’ai voulu venir, j’étais trop curieuse de voir ça. Moi et Nicole on a essayé de rentrer dans un club comme ça a Jonquière, mais on était mineur et sans fausse carte alors on s’est fait revirer.Et elle rit, sans doute par gène ou de nervosité et moi je l’imaginais lécher une vulve. Trop cool ma petite sœur, ou caresser des seins. Seigneur! J’aurais jamais cru ça d’elle. V’là pourquoi ses mamelons pointaient autant que les miens. Wow! Mais elle sortait toujours avec les plus beaux gars de l’école. Faut dire qu’elle avait le choix, mais qui aurait pu imaginer qu’elle aimait les filles aussi? Pas moi, vraiment pas. Ma sœur par adoption était bi comme moi. C’était vraiment la journée des grandes révélations. Et la je comprit pourquoi probablement elle me regardait tant le décolleté. Ça me fit déglutir.-Tu dis rien Pierre. Tu te passes pas un coup de poignets, j’espère?-Hein! Ben non, je digère l’info. J’arrive pas à t’imaginer en 69 avec une fille comme t’arrive pas à m’imaginer avec un gars. Je pensais pas ma petite sœur aussi… cool!Encore un rire. Ma sœur a toujours été une rieuse et j’ai toujours aimé la faire rire.-Hummmm. Fit-elle, Nicole avait un bon coup de langue.Je me redresse soudainement. Nicole! Ça meilleure amie d’enfance. Celle que je taquinais plus jeune a la faire enrager. La belle Nicole avec ses longs cheveux noirs comme une Indienne. J’hallucine. -Nicole!!! Tu me niaises.Ma sœur repart à rire… Seigneur!-Si t’en parles a M’man, t’es morte la blonde.Méchante révélation, mais d’un autre côté, moi et mon meilleur amie, on se masturbait et se suçait.-Donc Mimi, dis-je en souriant, toi et Nicole c’était comme pour moi et Guy.Un autre silence, là, c’était elle qui avait dû se redresser.-Le Guy qui me bavait dessus, ton meilleur ami qui me tombait tant sur les nerfs?-Hum, hum…-Et ben…-Si tu aurais vu son pénis Mimi, tu lui aurais baver dessus toi aussi.-Ahhhh. Arrête.-12′ de long…-Je veux pas le savoir.-Grosses comme mes poignets….-Stop! Stop! Stop !-Si t’en parles a M’man té morte la rousse.Et je rajouter pendant qu’elle riait :-Bon, je pense qu’on s’est tout dit Mimi, non? Soupirai-je en flochant, la tête pleine d’image cochonne, en relevant mes slips et redescendant ma jupe d’écolière.-Je pense que oui, fit-elle en m’imitant de son côté.Nous voilà toutes les deux à nous laver les mains pour ensuite de refaire une beauté devant les grands miroirs pleine de traces de doigts et v’là ma sœur qui repart a rire tandis que je remettais du rouge et elle du mascara.-Quoi? Lui demandai-je amuser. J’en mets trop?-Non, c’est pas ça, c’est juste que… que c’est trop bizarre d’être la avec toi en fille a se recoiffer, se remettre du rouge, rajuster nos jupes, nos corsages, et… ce confier nos secrets comme on ne la jamais fait. Toi et Guy…. Vraiment, vraiment trop bizarre. -Toi et Nicole aussi, rassure-toi.Ma petite sœur rougie en me regardant tout en se mordillant les lèvres. Mignonne comme tout.-Et t’es tellement fille maintenant Pierre. Laisse-moi le temps de m’habituer, de digérer tout ça. Ouf… j’ai chaud.-Prend tout ton temps, Mais j’y pense…-Quoi encore?-T’es regard appuyer sur mon décolleté quand je me penche, j’espère que je t’excite pas, vu que t’es bi?-Vas chier la blonde.Et nous revoilà cramper de rire comme des malades, plier en deux et une danseuse avec juste un string entre en talon haut ce qui fait méchamment sursauter ses grosses boules en silicone. Une vague photo-copie de Pamela Anderson qui nous sourit en disant.-Wow, les filles, ça l’air drôle. Qu’est-ce que vous avez pris? Des champignons magiques?Et elle entre dans une cabine, on repart à rire, mais tout bas et moi je rebande contre le comptoir. Merde!-Si vous avez besoin de quelque chose, allez voir Mike au bar, il a tout ce que vous voulez, cris Pamela du cabinet.En sortant des toilettes, situé dans un petit couloir, on a encore les yeux pleins d’eau et on tombe face à face avec Denis et Carole qui venait sans doute d’avaler son sperme et qui avait une liasse de billets rouler accrocher a son string. Denis me prend par la taille et me colle a lui. Il est très fort et je me sens fondre dans ses bras, j’aime ça, je lève le menton pour le regarder dans les yeux, et il me dit à l’oreille en me tapant une fesse :-C’est payé, tu le mérites ma belle.-Hein?Il me lâche pour prendre Mireille par la taille et l’entraîne avec lui tandis que Carole me prend solidement par un bras pour me tirer dans la direction opposer vers le fond du couloir comme si j’étais devenue sa prisonnière ou sa future épouse. Je tourne la tête pour voir Mimi, qui affiche un gros sourire, me faire Bye Bye tout en enlevant la main de Denis descendu sur son cul. La pauvre, elle a pas fini avec lui et moi avec l’autre, car je doute bien de ce qui m’attend. Mais juste quelle me tienne le bras et de marcher avec elle a voir ses beaux seins nus se balancer de si près, a sentir les miens se balancer et a l’imaginer me sucer, la bite me chatouille et gonfle a nouveau sous mon slip.«Merci Denis! Moi qui pensais que tu m’avais oublié!!!»

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

didim escort istanbul travestileri istanbul travestileri ankara travestileri gaziantep escort pendik escort antep escort seks hikayeleri kartal escort maltepe escort pendik escort kartal escort adapazarı escort adapazarı escort izmir escort ankara escort canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri sakarya escort