Soumis à ton gros zob

Soumis à ton gros zobJ’ignore comment j’en suis arrivé là. Je pense que la taille de ta bite y est pour beaucoup. Comment résister quand un mâle a un engin pareil et vous le montre? Maintenant, j’ai tout le temps envie de ta queue, je sens en moi comme un vide, un vide qui correspond à la place que prend ta bite quand tu m’encules. Comme si l’état normal de mon cul était d’être enculé par toi et, quand il ne l’est pas, il est dans l’attente, une attente impatiente, frénétique. Depuis le jour de notre rencontre, je ne pense qu’à ça, à ta queue, et quand j’y pense, je me sens dominé, soumis par ton pénis large et fier devant mes yeux. Pourtant, ce jour-là, mon anus est bien serré, comme pour me protéger du risque de soumission, il est fermé, verrouillé. Mais tu sais parfaitement ce que tu vas faire. Tu te mets devant moi, ta queue est déjà à l’horizontale, tu la prends à pleine main et tu la branles, elle grossit et durcit, tu prends un peu de salive dans ta bouche, tu décalottes et tu caresses ton gland, tu prends tout ton temps et ta queue se dresse totalement. Tu me regardes en faisant cette moue avec les lèvres, le menton en avant, tu m’appuies sur la tête pour que je me mette à genou et je me laisse faire car c’est ce dont j’ai envie, en voyant ta queue, te sucer. Tout est différent quand on est à genou. Ta bite me paraît d’un coup encore plus grosse. Je n’ai plus qu’elle devant les yeux. Je suis d’un coup tout humide et chaud à l’intérieur, de la salive inonde mon palais. Je lève les yeux et je le regrette de suite en croisant ton regard dur. Tu te racles la gorge (comme pour faire un mollard) me dis-je dans ma tête. Je me reçois en pleine face un mélange de salive et de glaire, entre les deux yeux. Je baisse la tête, instinctivement. – Maintenant tu suces salope ! Après la çınar escort v******e de se recevoir un crachat sur la gueule et la v******e des mots, la chaleur de ta main derrière ma nuque me paraît presque douce, et c’est lentement que ton pénis s’approche de mes lèvres, je les ouvre. Je sens ton gland doux tout chaud venir contre ma langue, et je suce, tout naturellement. C’est bon, je ne pense à rien d’autre tandis que ton crachat coule sur mon visage. J’entends tes râles de plaisir, tu fermes les yeux pour profiter au maximum. Ma langue et mon palais découvrent ta bite : le gland, le relief du prépuce, la longueur de la hampe. Je m’applique à lécher le frein avec ma langue et à frotter le dessus de ta queue avec mon palais pour te donner le maximum de plaisir. Je fais faire des va-et-vient à ta queue dans ma bouche, écoutant attentivement tes râles pour connaître quel rythme tu veux que je prenne. Ma bouche est un fourreau pour ton pénis. Quand tu décides de te mettre à genou, je suis ailleurs, concentré sur ton zob, je suis ton mouvement et baisse la tête pour garder ta bite en bouche. Je comprends pourquoi tu changes de position car je sens ton doigt, mouillé de salive, sur mon anus serré. Je n’ai pas l’intention de me laisser sodomiser, trop douloureux et je le serre davantage. J’accélère mes mouvements sur ton sexe, me disant « si je le fais jouir, il ne me fera pas mal au cul ». Tu caresses ma rosette, tu fais de petites pressions régulières pas désagréables du tout. Tu sais, toi, qu’elle va finir par s’ouvrir et tu ne veux pas rater ce moment. Tu la caresses lentement, patiemment, jouissant en même temps du plaisir de ma fellation. Je presse mes lèvres contre ta queue, je sens ton gland se gonfler et, après, le goût de ta mouille. C’est trop çüngüş escort bon de sentir ton plaisir et je me relâche. Je sens ton doigt qui s’enfonce dans mon anus. Lentement, tu l’enfonces totalement, puis tu le fais tourner dans mon fondement. C’est trop bon, je ressens un tel plaisir, une telle jouissance du cul que j’abandonne ta queue, relié à elle juste par un filet de ma bave. Tu sens mon anus s’ouvrir petit à petit et je laisse échapper un râle de plaisir, j’imagine que tu souris, tu sais alors que c’est OK, que je suis la bonne salope que tu as vue en moi, que ce n’est qu’une question de temps. Tu te mets derrière moi et ordonnes : – Maintenant la pute, tu lèches le sol! Tu vas trop loin, il est hors de question que je lèche par terre. Il ne faut pas pousser ! Tu mets ton doigt contre mon anus, juste contre mon anus et il s’ouvre tout seul cette fois. J’ai envie que tu enfonces ton doigt, j’en ai tellement envie. – Lèche le sol chienne! Je comprends que c’est la condition pour que tu me remettes ton doigt si délicieux quand il vient toucher ma prostate. Je fais semblant de lécher, avançant la langue, mais sans toucher le sol. Tu renfonces ton doigt, la vague de plaisir me submerge aussitôt et, cela me paraît naturel, alors de lécher le sol: tout est différent quand on a le doigt d’un mâle dans le cul, je lèche autant que j’ai de plaisir, je lèche à fond. Tu souris, de nouveau et tu mets un deuxième doigt pour m’élargir davantage, tu fais des va-et-vient avec tes doigts pour me préparer à ton pénis. C’est bon, je suis décapsulé, la voie est ouverte. Tu retires tes doigts et tu vois que mon anus reste béant, tu peux mettre ta queue, c’est bon, ta petite soumise est bien ouverte. En voyant cela, ta queue durcit encore plus, elle est tellement dicle escort raide que tu ne tiens plus, tu craches sur mon trou, positionnes ton gland et commences à entrer. Je serre les dents, ta bite est vraiment grosse. Tu as entré le bout, il faut maintenant faire passer la partie la plus large. – Pousse salope ! J’ouvre mon cul pendant que tu pousses ta queue bien au fond. – Ça y est, tu es enculé mon pédé ! Tu laisses ta bite comme ça un moment, totalement dans mon cul. C’est bon, c’est chaud… Puis tu commences à bouger, tu la retires lentement. Du coup, la partie la plus épaisse de ta bite passe mon anus, il est élargi maintenant et s’ouvre sans souci au passage, puis tu la renfonces d’un coup sec, ça tape contre ma prostate et je gémis de plaisir. Tu recommences plusieurs fois: tu te retires lentement, élargissant mon anus avec la partie la plus épaisse de ton pénis puis, Han, tu te renfonces d’un coup pour taper au fond de mon cul, et je gémis dans ce mélange de douleur et de plaisir. Tu recommences… Han! Han! Han! Tu commentes : – Tu aimes ça te faire enculer ?Han ! Han ! Han ! Je suis ramoné à fond. Mon anus est totalement élargi maintenant. Mon cul est formaté pour ta bite. – Tu m’appartiens maintenant salope! Tu accélères les mouvements tellement c’est bon. Tu sens un picotement dans tes couilles, tu sens que tu vas jouir. Ton sperme est prêt à gicler. Alors tu t’enfonces complètement pour me féconder. Le sperme jaillit, je le sens qui me remplit, et je me répands sur le sol. Tu t’affaisses sur moi. Je ne bouge pas. Tu restes ainsi ta bite en moi, j’attends que mon mâle reprenne ses esprits. Quelques minutes après, tu sors ta queue, débandée et humide. Je me retourne spontanément pour la nettoyer avec ma bouche pendant que tu caresses mes cheveux. – Tu as un bon cul pédé, on recommencera, tu peux me croire ! Tu regardes mon trou et tu as confirmation. Il ne se refermera plus jamais comme avant. Tu prends une photo de mon anus élargi par ta bite. Tu es fier de toi, et tu as raison. Tu as fait de moi ta chienne , ton vide-couilles. FIN

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

kartal escort sakarya escort bayan adapazarı escort istanbul travestileri istanbul travestileri ankara travestileri maraş escort bayan kuşadası escort bayan çanakkale escort bayan muğla escort bayan mersin escort bayan muş escort bayan nevşehir escort bayan elazığ escort bayan erzincan escort bayan erzurum escort bayan online poker canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri canlı bahis bahis siteleri bahis siteleri sakarya escort sakarya escort ısparta escort karabük escort karaman escort karşıyaka escort kaş escort kastamonu escort kayseri escort kırıkkale escort kırklareli escort kırşehir escort mobil porno serdivan travesti